Saint Joseph, Père dans l’accueil

Par le Père Pacôme

  1. En la date du 8 décembre dernier, le Pape François a publié une lettre apostolique Partis corde (avec un cœur de Père), pour marquer les 150 ans de la déclaration de Saint Joseph comme Patron de l’Église catholique (faite par le bienheureux Pie IX, le 08 décembre 1870). Une lettre dont l’inspiration jaillit de l’expérience actuelle de l’humanité marquée particulièrement par la pandémie du Covid 19. Le Saint Père observe que la plupart de nos contemporains notamment les médecins, infirmiers, employés de supermarchés, prêtres, etc. livrent le témoignage d’une proximité réconfortante. Ils ont compris que « personne ne se sauve tout seul ». Une telle attitude nous rappelle la figure de Saint Joseph, « homme de la présence quotidienne, discrète et cachée ». Du coup, nous pouvons trouver en lui « un intercesseur, un soutien et un guide dans les moments de difficultés ». La publication de cette lettre a pour effet majeur, écrit le Saint Père, « de faire grandir l’amour envers ce grand saint pour être poussé à implorer son intercession et pour imiter ses vertus et son élan ».

 

  1. Quelles sont ces vertus ? L’argumentation du Pape porte sur la paternité de Saint Joseph. De ce point de vue, il se propose de scruter les traits essentiels de la mission qui lui est confiée par la providence. Le Souverain pontife en retient sept au total : père aimé, père dans la tendresse, père dans l’obéissance, père dans l’accueil, père au courage créatif, père travailleur, père dans l’ombre. Vu le cadre liturgique de l’avent qui nous prépare à la fête de noël, nous voulons vous proposer un petit commentaire sur un trait de la figure de Saint Joseph, à savoir : Père dans l’accueil.

 

  1. Le sens du terme « accueil » est celui consigné dans le récit de Mt 1, 20 où en songe, Saint Joseph reçut la visite de l’ange qui lui dit « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi, Marie ta femme ». Alors qu’il nourrissait l’intention de répudier sa femme en secret, Saint Joseph est invité « à laisser de côté ses raisonnements pour faire place à ce qui arrive et, aussi mystérieux que cela puisse paraître à ses yeux, il l’accueille, en assume la responsabilité et se réconcilie avec sa propre histoire ». Telle est la phrase du Pape François, à laquelle nous avons achoppé. Elle est révélatrice de la force intérieure que l’homme reçoit de Dieu pour faire face à l’inattendu, lorsqu’il accepte, évidemment, de lâcher prise, de faire taire les sollicitations de l’esprit et de la mémoire afin d’assumer l’histoire dans sa complexité. Oui, l’irruption de l’imprévisible nous plonge facilement dans l’agitation voire le conflit avec nous-mêmes, oubliant fort malheureusement, que Dieu est toujours à l’œuvre. Et que ses sentiers passent par les eaux profondes dont nul ne connait la trace (Ps 77, 20). Les épreuves dans la nuit de notre foi, peuvent constituer de véritables lieux de maturation et de réconciliation avec nous-mêmes. Que Saint Joseph nous obtienne, auprès de l’enfant Jésus dont il été le gardien fidèle, la grâce de l’accueil pour que dans le silence du cœur nous arrivions à tirer profit des moments sombres de nos histoires de vie. Car « si nous ne nous réconcilions pas avec notre histoire, nous ne réussirons pas à faire le pas suivant parce que nous resterons toujours otages de nos attentes et des déceptions qui en découlent », souligne le Pape François.

 

« Joyeux Noël et meilleurs vœux pour l’année 2021 ».