Réflexions

Père au coeur courageux

Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique

Liturgie & Virus

Sais-tu quel est le prix de la vie?

"Malheureux le monde à cause des scandales!"

Triduum Pascal: Souvenir ou Actualité

"Un temps pour changer..." du Pape François

Des quarantaines au Carême

Journée de la vie consacrée

une journée pour la Parole de Dieu

Un homme nommé Jésus

Saint Joseph, Père dans l'accueil

Tous Frères ...?

Morceaux choisis de l'Encyclique Fratelli Tutti du Pape François

Carlo ACUTIS, apôtre de l'Eucharistie

Se Former ? Pour tout chrétien c'est un devoir !

Nouveaux Rythmes

En avant à la suite du Christ!

Bonne fête à toutes les Mamans!

Alors que s'approche à pas (trop?) lents la fin du confinement liturgique

Message de Monseigneur Aumonier sur le temps pascal et la crise actuelle

"L'expérience d'église domestique" pendant le confinement

Méditation d'un chemin de croix - Examen de conscience

Vivre la semaine sainte à la maison

Qui dit qu'il n'y aura pas de Semaine Sainte ???

Message paroissial du 27 mars

Retrouvons le goût de l'ennui

Dimanche, voici comment faire de votre maison une église !

Lettre du père Jean-Brice du 16 mars

"Chrétiens au cœur de la Cité"

Confiance, Il t'appelle

Les Saints Patrons de l'Europe

Consacrer sa maladie

"Cléricalisme, place des femmes, accompagnement des victimes..."

"Le Seigneur lui-même vous donner un signe..."

Qu'attendons-nous ?

La souffrance au travail

Accepter de vivre ensemble sans lisser les différences

Baptisés et envoyés - Le mois des missions

Pourquoi vouloir concevoir un enfant sans père ?

Accueillir, signe de l'évangile en actes !

Père au cœur courageux

par le Père Pacôme Likobé

 

1. En ce troisième dimanche du mois de Juin est célébrée en France, la fête des Pères. Créée par le fabriquant de briquet flaminaire, la fête trouve pourtant son origine aux États-Unis d’Amérique. C’est au début du 20ème plus précisément en1910 qu’il convient de dater son institution par les autorités américaines. Tout part de Sonora Smart Dodd qui, la première, eut l’initiative de « rendre hommage à son père qui avait élevé seul ses six enfants après la mort de son épouse ». Outre l’orientation commerciale donnée à cette fête, il serait souhaitable de redécouvrir son motif fondamental en ce moment où par la médiation de l’année Saint Joseph, la figure du Père est mise en relief dans l’actualité de l’Église. Un minutieux examen de ce motif nous permettra de dégager éventuellement la vertu du courage dont la vie de saint Joseph incarna de manière éminente si bien que nous pouvons le prendre pour modèle. 

 

2. En effet, se consacrer à l’éducation des enfants après la disparition de son épouse est manifestement l’expression d’un courage admirable. C’est la posture de celui qui ne s’avoue jamais vaincu par les événements. Il ne fait pas fi de l’évidence de la réalité douloureuse mais ne se laisse pas écraser par elle. Il reste debout et s’ouvre à la possibilité d’un avenir radieux. C’est l’exigence du relèvement à laquelle il est souhaitable de s’atteler. Une telle exigence se vérifie au plus haut point dans la vie de saint Joseph. Le Pape François le qualifie d’un « Père au courage créatif ». Il est celui qui, une fois écouté les ordonnances du Seigneur, « se lève, prend avec lui l’Enfant et sa mère » et s’en va. Allusion faite notamment à sa fuite en Égypte au cœur de la nuit en raison du « danger imminent d’Hérode qui veut tuer l’enfant ». (Mt 2, 13-15). Il résulte de cette péricope évangélique, à en croire le souverain pontife, la leçon de foi que voici : « Même notre vie semble parfois à la merci des pouvoirs forts. Mais l’Évangile nous dit que, ce qui compte, Dieu réussit toujours à le sauver à condition que nous ayons le courage créatif du charpentier de Nazareth qui sait transformer un problème en opportunité, faisant toujours confiance à la Providence » (Cf. Pape François, Lettre apostolique Patris Corde)

 

3. Nos familles contemporaines ne sont pas non plus épargnées des difficultés. Nous sommes souvent à la merci des événements douloureux dans nos milieux respectifs de vie : famille, travail, Église... Ces événements, dont chacun (e) connait la nature relativement à son contexte, nous affectent, parfois nous épuisent au point de nous priver du goût de vivre. Du point de vue mondial nous ne pouvons pas ne pas mentionner l’événement de la crise sanitaire (Covid 19) que nous venons de vivre dans notre chair. Nous ressentons peut-être encore ses conséquences malgré la renaissance de l’espoir dû à la vaccination et au dé-confinement progressif. D’où la nécessité de s’armer du courage paternel pour projeter et inventer l’avenir. Célébrer aujourd’hui la fête des Pères est à la fois un hommage et un rappel d’un devoir : celui de demeurer sur le chemin du courage pour que l’on soit capable, à l’instar de saint Joseph, de transformer les problèmes en opportunité.

« Heureuse et fructueuse fête à tous les Pères de la vallée de Chevreuse »