Méditation sur le Chemin de Croix et Examen de Conscience

 

Introduction de saint François de Sales :

Voyons souvent des yeux de la foi Jésus-Christ crucifié, nu, blasphémé, calomnié, abandonné, et considérons que nos souffrances ne sont nullement comparables aux siennes.

En demeurant près du Sauveur par la méditation, et observant ses paroles, ses actions et ses affections, nous apprendrons, moyennant sa grâce, à parler, penser et agir comme lui.

 

I° STATION- JESUS EST CONDAMNE A MORT

De l'Evangile selon saint Mathieu :

« Pilate dit à la foule : Que ferai-je donc de Jésus que l'on appelle Christ ?. Ils disent tous : Qu'il soit crucifié ! Pilate reprit : Quel mal a-t- il donc fait ? Mais ils criaient encore plus fort : Qu'il soit crucifié ! Voyant qu'il n'aboutissait à rien, mais qu'il s'ensuivait plutôt du tumulte, Pilate prit de l'eau et se lava les mains en présence de la foule, en disant : Je ne suis pas responsable de ce sang. A vous de voir ! » (Mt. 27, 22-25)

Comment est-ce que je condamne Jésus aujourd’hui ?

Ai-je honte d’agir, d’être chrétien ? d’affirmer ma foi ?

Est-ce que je défends mes convictions, mon prochain, envers et contre tout au nom du Christ ?

Ou bien est-ce que parfois, je ferme les yeux pour ne pas me mettre en danger à cause de ma foi, ou de ce que je pense être juste ?

 

II° STATION – JESUS EST CHARGE DE SA CROIX

De l'Evangile selon saint Jean :

« C'est pour cela que le Père m'aime, parce que je donne ma vie, pour la reprendre. Ma vie, nul ne la prend, mais c'est moi qui la donne. J'ai le pouvoir de la donner et de la reprendre » (Jn 10, 17-18)

Est-ce qu’au milieu de mes activités, de mes obligations, j’arrive à donner :

donner du temps aux autres, de l’attention ;

partager ce que je possède

Ai-je souci de mon prochain ?

 

III° STATION – JESUS TOMBE SOUS LE POIDS DE SA CROIX

De l'Evangile selon saint Mathieu :

« Jésus dit : Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi... Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux » (Mt. 26,

Ai-je pris du temps pour prier pour lire la parole de Dieu ?

Ai-je pris du temps pour discerner, écouter, entendre la volonté du Père ?

Ai-je cherché à vivre comme Dieu le désire ?

Ma confiance en Dieu est-elle totale ?

 

IV° STATION – JESUS RENCONTRE SA TRES SAINTE MERE

De l'Evangile selon saint Jean :

«Près de la Croix de Jésus se tenaient sa mère... Jésus voyant sa mère et, se tenant près d'elle, le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : Femme, voici ton fils ! Puis il dit au disciple : Voici ta mère ! Dès cette heure-là, le disciple l'accueillit chez lui » (Jn. 19, 25...27)

De saint François de Sales :

Honorons, révérons, d'un amour spécial, la glorieuse Vierge Marie, Mère de notre Sauveur ; recourons à elle, et comme des petits enfants, jetons-nous dans son sein avec une confiance parfaite.

 

 V° STATION – SIMON DE CYRENE AIDE JESUS A PORTER SA CROIX

De l'Evangile selon saint Luc:

« Quand ils l'emmenèrent, ils mirent la main sur un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus » (Lc 23,, 26)

 

Est-ce que nous savons voir la souffrance de ceux qui nous entourent ?

Quelle est notre attitude vis à vis de nos frères et sœurs souffrants ?

Sommes-nous capables de compassion ?

Savons-nous apporter notre aide, notre réconfort ?

Notre aide est-elle gratuite ou pour en retirer une gloire ?

 

De saint François de Sales :

Pour témoigner notre amour au prochain, il est nécessaire de lui procurer tout le bien que nous pourrons, tant pour l'âme que pour le corps, priant pour lui et le servant cordialement aux occasions.

 

VI° STATION – UNE FEMME PIEUSE ESSUIE LA FACE DE JESUS

De l'Evangile selon saint Luc :

« Marie était assise aux pieds du Seigneur, et écoutait sa parole. Marthe, elle, était absorbé par les multiples soins du service... Le Seigneur dit à Marthe : Marthe, Marthe, tu te soucies, et tu t'agites pour beaucoup de choses ; pourtant, il en faut peu, une seule même. C'est Marie qui a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée ! » (Luc 10, 39...42)

 

Quelle est mon attitude face à la vie, face à ma situation personnelle et professionnelle ?

Est-ce que j’accepte mon sort, ma place en ce monde ?

Est-ce que je me plains souvent ?

Comme Marie, comment est-ce que je fais la meilleure place à Jésus ?

Est-ce que je ne l’oublie pas dans mes multiples activités ?

 

De saint François de Sales :

C'est la charité qui donne le prix aux bonnes œuvres devant Dieu ; et une action de petite vertu, faite avec un grand amour de Dieu, est beaucoup plus excellente que celle d'une vertu plus exquise, faite avec moins d'amour de Dieu.

Il vaut mieux faire peu et bien qu'entreprendre beaucoup et le faire imparfaitement. Ce n'est pas par la multiplicité des choses que nous faisons que nous avançons en la perfection, mais par la ferveur et pureté d'intention avec lesquelles nous les faisons.

 

VII° STATION – JESUS TOMBE POUR LA SECONDE FOIS

De l'Evangile selon saint-Jean :

« Jésus, sachant que tout était désormais achevé pour que l'Ecriture fût parfaitement accomplie, dit : J'ai soif ! Un vase était là, rempli de vinaire. On mit autour d'une branche d'hysope une éponge imbibée de vinaigre et on l'approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : Tout est accompli ! Et, inclinant la tête, il remit l'esprit. » (Jn 19, 28...30)

 

Ma confiance en Dieu est-elle totale ?

Est-ce que, malgré les épreuves, les souffrances, je choisis de faire toujours la volonté du Père ?

Est-ce que je m’en remets à Dieu ?

Ou bien est-ce que les aléas de la vie m’éloignent de Dieu mon Père ?

Est-ce que je crie ma colère, ma souffrance à Dieu ?

Est-ce que je me détourne de Dieu ? Est-ce que je ferme mon cœur dans la souffrance ?

 

VIII° STATION – JESUS CONSOLE LES FILLES DE JERUSALEM

De l'Evangile selon saint Luc :

« Des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Mais, se retournant vers elles, Jésus dit : « filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants ! Car voici venir des jours où l'on dira : heureuses les femmes stériles, les entrailles qui n'ont pas enfanté, et les seins qui n'ont pas nourri ! Alors on se mettra à dire aux montagnes : tombez sur nous ! Et aux collines : couvrez-nous ! Car si l'on traite ainsi le bois vert, qu'adviendra-t-il du sec ? » (Luc23, 27-31)

 

Notre rapport à notre prochain est-il juste ? Savons-nous reconnaître nos fautes, plutôt que celles des autres ?

 

Seigneur, en ce jour où je viens t’ouvrir mon cœur pour recevoir ton pardon, accorde-moi la grâce de discerner mes fautes.

 

IX° STATION – JESUS TOMBE POUR LA TROISIEME FOIS

Du psaume 22 (21) :

« Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m'as-tu abandonné ?... Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin

ô ma force, vite à mon aide !...

J'annoncerai ton nom à mes frères, en pleine assemblée, je te louerai ! » (Ps 22 (21), 2,20.23)

 

Est-ce que je sais rester dans la confiance malgré les épreuves ?

Est-ce que je sais espérer envers et contre tout ?

Est-ce que je sais louer Dieu en toute heure et en toute circonstance ?

 

De saint François de Sales :

Les tentations nous troublent, parce que nous y pensons trop et que nous les craignons trop : les tentations ne sauraient troubler un esprit qui ne les aime pas.

 

X° STATION – JESUS EST DEPOUILLE DE SES VETEMENTS

De l'Evangile selon saint Matthieu :

« L'ayant dévêtu, ils lui mirent une tunique écarlate, puis, ayant tressé une couronne d'épines, ils la placèrent sur sa tête, avec un roseau dans sa maint droite. Et s'agenouillant devant lui, ils se moquèrent de lui en disant : Salut, roi des Juifs ! Et, crachant sur lui, ils prenaient le roseau et en frappaient sa tête. ». (Mt 27, 28-31) –

 

Quel est mon rapport aux choses matérielles ?

Est-ce que je sais discerner ce qui fait la véritable richesse de ma vie et de celle de mes frères ?

 

De saint François de Sales :

Considérons que ce que nous possédons ne nous fait être rien de plus en effet que le reste du monde, et que tout cela n'est rien devant Dieu et les anges.

S'il nous arrive de perdre des biens et que notre cœur s'en afflige beaucoup, c'est une preuve que nous y avons beaucoup d'affection ; car rien ne témoigne tant l'affection à la chose perdue que l'affliction de sa perte.

 

XI° STATION – JESUS EST CLOUE SUR LA CROIX

De l'Evangile selon saint Marc :

« C'était la troisième heure quand ils le crucifièrent. L'inscription qui indiquait le motif de sa condamnation était libellée : 'le roi des Juifs'. Et avec lui, ils crucifièrent deux brigands, l'un à sa droite, l'autre à sa gauche »

 

Quelle place a Dieu dans ma vie ?

Devant ta croix, Seigneur, suis-je conscient de ce don total de ta vie pour moi ?

 

De saint François de Sales :

Comme la mort de Jésus-Christ sur la croix est le plus haut effet de son amour envers nous, ce doit être aussi le plus fort de tous les motifs de notre amour envers lui.

 

XII° STATION – JESUS MEURT SUR LA CROIX

De l'Evangile selon saint Marc :

« Jésus jetant un grand cri, expira. Et le voile du Sanctuaire se déchira en deux, du haut en bas. Voyant qu'il avait ainsi expiré, le centurion, qui se tenait en face de lui, s'écria : Vraiment, cet homme était fils de Dieu. » (Mc 15, 37-38)

 

Mon cœur est-il à ton écoute, Seigneur, pour savoir te reconnaître dans ma vie, et dans la vie de ceux qui m’entourent ?

 

De saint François de Sales :

La croix est la porte royale pour entrer au temple de la sainteté.

La vraie perfection consiste à aimer Dieu de tout son cœur et son prochain comme soi-même. Toute autre perfection sans celle-ci est une fausse perfection.

 

XIII° STATION – JESUS EST DESCENDU DE LA CROIX ET REMIS A SA MERE

De l'Evangile selon saint Luc :

« Vois ! Cet enfant doit amener la chute et le relèvement d'un grand nombre en Israël ; il doit être un signe en butte à la contradiction, - et toi- même, une épée te transpercera l'âme ! - afin que se révèlent les pensées de bien des cœurs ! » (Lc 2, 34-35)

 

Les paroles que je prononce Seigneur sont-elles remplies de ta Sagesse ?

Ai-je dit du mal de quelqu’un ? Ai-je médit ? Ai-je lancé de fausses rumeurs ? AI-je été agressif ? Mes paroles ont elles provoqué des disputes ?

Ai-je cherché à introduire la paix lorsque l’ambiance était tendue ?

 

De saint François de Sales :

Souvenons-nous que Notre-Seigneur nous a sauvés en souffrant et que de même nous devons faire notre salut par les souffrances et les afflictions , endurant les injures, contradictions et déplaisirs avec le plus de douceur qu'il nous sera possible.

 

XIV° STATION – JESUS EST MIS AU TOMBEAU

De l'Evangile selon saint Jean :

«Ils vinrent donc et enlevèrent son corps. Nicodème – celui qui précédemment était venu, de nuit, trouver Jésus – vint aussi, apportant un mélange de myrrhe et d'aloès, d'environ cent livres. Ils prirent donc le corps de Jésus le lièrent de linges, avec les aromates, selon le mode sépulture en usage chez les Juifs. Or il y avait un jardin au lieu où il avait été crucifié, et, dans ce jardin, un tombeau neuf, dans lequel personne n'avait encore  été mis. » (Jn 19, 38-41)

 

Mon espérance est-elle plus forte que la mort, dans chaque épreuve que j’endure ?

 

De saint François de Sales :

Il faut vivre en ce monde comme si nous avions l'esprit au ciel et le corps au tombeau.

 

Conclusion :

Je crie vers Toi, ô mon Dieu,

je prononce ton Nom très saint,

mais sans pouvoir jamais te saisir !

Seigneur mon Dieu,

tu es plus grand que nos paroles,

plus silencieux que notre silence,

plus profond que nos pensées,

plus élevé que nos désirs.

Donne-nous, ô Dieu souverain,

si grand et si proche,

un cœur vivant,

des yeux nouveaux,

pour te découvrir

et pour t’accueillir quand tu viens à nous.

Ainsi soit-il.

 

(Citations de saint-François-de-Sales tirées du livre Une pensée pour chaque jour, Taffin-Lefort éditeur, Paris, Lille. Choix des textes bibliques et méditations : abbé Gerthoux)