Réflexions

Eutrapélie, la vertu des vacances

le Synode est toujours en marche !

Le chant des anges

L'air d'un fou

Pourquoi l'adoration ?

J'ai désiré d'un grand désir

Actions de grâces, grâces en actions

La liturgie des dimanches? Un appel à vivre!

L'Ascenion du Seigneur, un voyage dans l'espace?

Saint Charles de Foucauld et Bienheureuse Pauline Jaricot ...

Fêter 50 ans de ministère presbytéral, comme prêtre?

Dimanche des Rameaux : Grand portique de nos coeurs

Acte de consécration de la Russie et de l'Ukraine au Coeur Immaculé de Marie

Le Carême : un temps de conversion pour chacun de nous

Le Carême: Itinéraire d'incarnation de l'Espérance

Lumière de Lourdes pour nos frères et soeurs malades

l'écologie intégrale...?

L'Esprit Saint et la mission dans l'Eglise

Compte-rendu du Conseil Pastoral du 2 décembre 2021

Voici venu le temps de l'Avent

La vertu de la crise

Mieux Marcher Ensemble

l'église synodale : chemin d'ouverture et d'accueil

Eglise Synodale : Chemin d'Intériorité

Au-delà du Pass...?

Une nouvelle année... Pourquoi?

Père au coeur courageux

Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique

Liturgie & Virus

Sais-tu quel est le prix de la vie?

"Malheureux le monde à cause des scandales!"

Triduum Pascal: Souvenir ou Actualité

"Un temps pour changer..." du Pape François

Des quarantaines au Carême

Journée de la vie consacrée

une journée pour la Parole de Dieu

Un homme nommé Jésus

Saint Joseph, Père dans l'accueil

Tous Frères ...?

Morceaux choisis de l'Encyclique Fratelli Tutti du Pape François

Carlo ACUTIS, apôtre de l'Eucharistie

Se Former ? Pour tout chrétien c'est un devoir !

Nouveaux Rythmes

En avant à la suite du Christ!

Bonne fête à toutes les Mamans!

Alors que s'approche à pas (trop?) lents la fin du confinement liturgique

Message de Monseigneur Aumonier sur le temps pascal et la crise actuelle

"L'expérience d'église domestique" pendant le confinement

Méditation d'un chemin de croix - Examen de conscience

Vivre la semaine sainte à la maison

Qui dit qu'il n'y aura pas de Semaine Sainte ???

Message paroissial du 27 mars

Retrouvons le goût de l'ennui

Dimanche, voici comment faire de votre maison une église !

Lettre du père Jean-Brice du 16 mars

"Chrétiens au cœur de la Cité"

Confiance, Il t'appelle

Les Saints Patrons de l'Europe

Consacrer sa maladie

"Cléricalisme, place des femmes, accompagnement des victimes..."

"Le Seigneur lui-même vous donner un signe..."

Qu'attendons-nous ?

La souffrance au travail

Accepter de vivre ensemble sans lisser les différences

Baptisés et envoyés - Le mois des missions

Pourquoi vouloir concevoir un enfant sans père ?

Accueillir, signe de l'évangile en actes !

Le chant des anges

Au soir de Noël, dans le Ciel, Chérubins et Séraphins virevoltent toujours avec frénésie… Les lueurs du jour font place à leur ardente excitation, qui fait scintiller les étoiles d’une telle lumière que la nuit renonce à s’imposer… Témoins attendris devant tant d’allégresse, les archanges ferment les yeux sur le calme vespéral qui leur échappe… Âmes empourprées d’une joie candide, Chérubins et Séraphins exultent à la naissance de Jésus. Le fruit du pur Amour repose dans les bras de Marie, son unique enfant ; l’Emmanuel repose dans les bras de sa mère, un bébé sans nul autre pareil et unique au monde, comme le sont tous les enfants aux yeux de leurs mamans.

Au soir de Noël, sur la Terre, les petits s’agitent à la venue de Jésus dans la crèche… Il est le premier des cadeaux d’une belle nuit, qui leur appartient grâce à lui. Les yeux écarquillés, ils sont fascinés par le nouveau né. Il est des leurs, Dieu aussi est un enfant. Emus avec tendresse de cette liesse, les parents laissent libre cours aux élans de leurs bambins… D’une voix cristalline, leurs petits anges les éveillent à l’Essentiel, qui demeure au-delà des pesanteurs de la vie. Véritables Chérubins, gardant à l’humanité sa pureté virginale, ces enfants embrasent la nuit d’un feu séraphique.

Au soir de Noël, pour un enfant endormi dans la paille d’une étable, les angelots du Ciel et de la Terre chantent à l’unisson la mélodie du cœur. Loin des raisonneurs, dont les mots limitent l’accès à la simple réalité, ces âmes angéliques touchent à la divine vérité. Une vérité qui ne s’atteint que par la profondeur des sentiments, une vérité incarnée par un petit enfant… Jésus.

Au soir de Noël, l'ordre du monde est inversé. Dieu se fait homme et les enfants règnent en maîtres de sagesse. Au nom de l'Amour infini, ces petits offrent cinq présents à leurs parents hésitants devant le mystère de la vie. Le premier est celui d'un moment de qualité au sein du foyer, où les cœurs se savent aimés de compter pour qui lui offre son temps. Le second est celui des gestes d'affection, lorsque la tendresse manifeste la valeur qu'elle attache à quiconque en reçoit l'expression. Le troisième est celui des paroles qui explicitent les sentiments, valorisant les qualités intrinsèques qui offrent l'estime de soi. Le quatrième est celui du service, qui apporte la joie de se donner et de traduire ainsi l'envie d'aimer avec authenticité. Le cinquième est enfin celui des cadeaux eux-mêmes, dont le prix réside dans l'intention de faire plaisir en toute simplicité. 

Au soir de Noël, le chant mélodieux des anges résonne au ciel et sur la terre. Un divin enfant est né, pour que les hommes n'oublient jamais la nécessité et les moyens d'aimer. 

Joyeux Noël, de la part de votre curé !