Réflexions

Voici venu le temps de l'Avent

La vertu de la crise

Mieux Marcher Ensemble

l'église synodale : chemin d'ouverture et d'accueil

Eglise Synodale : Chemin d'Intériorité

Au-delà du Pass...?

Une nouvelle année... Pourquoi?

Père au coeur courageux

Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique

Liturgie & Virus

Sais-tu quel est le prix de la vie?

"Malheureux le monde à cause des scandales!"

Triduum Pascal: Souvenir ou Actualité

"Un temps pour changer..." du Pape François

Des quarantaines au Carême

Journée de la vie consacrée

une journée pour la Parole de Dieu

Un homme nommé Jésus

Saint Joseph, Père dans l'accueil

Tous Frères ...?

Morceaux choisis de l'Encyclique Fratelli Tutti du Pape François

Carlo ACUTIS, apôtre de l'Eucharistie

Se Former ? Pour tout chrétien c'est un devoir !

Nouveaux Rythmes

En avant à la suite du Christ!

Bonne fête à toutes les Mamans!

Alors que s'approche à pas (trop?) lents la fin du confinement liturgique

Message de Monseigneur Aumonier sur le temps pascal et la crise actuelle

"L'expérience d'église domestique" pendant le confinement

Méditation d'un chemin de croix - Examen de conscience

Vivre la semaine sainte à la maison

Qui dit qu'il n'y aura pas de Semaine Sainte ???

Message paroissial du 27 mars

Retrouvons le goût de l'ennui

Dimanche, voici comment faire de votre maison une église !

Lettre du père Jean-Brice du 16 mars

"Chrétiens au cœur de la Cité"

Confiance, Il t'appelle

Les Saints Patrons de l'Europe

Consacrer sa maladie

"Cléricalisme, place des femmes, accompagnement des victimes..."

"Le Seigneur lui-même vous donner un signe..."

Qu'attendons-nous ?

La souffrance au travail

Accepter de vivre ensemble sans lisser les différences

Baptisés et envoyés - Le mois des missions

Pourquoi vouloir concevoir un enfant sans père ?

Accueillir, signe de l'évangile en actes !

La vertu de la crise

par le Père Pacôme LIKOBÉ

 

1. Du 11 au 13 novembre 2021 se tient le 4ème forum de Paris sur la paix. Le Saint Père a adressé, à cette occasion, un message aux participants. En voici les grandes articulations. La réflexion du Pape prend son point de départ dans le contexte de crise sanitaire à laquelle le monde est confronté. Selon lui, il s’agit d’un problème qui contraint « la famille humaine » à opérer des choix. De quel choix est-il réellement question ? La réponse à cette interrogation ne saurait être directe. Elle est présupposée par une prise de distance à l’égard de toute initiative inappropriée et donc moins pertinente. Il est d’avis pour plus d’un que l’on revienne à la « normalité », souligne le souverain pontife. En effet, la réalité avant la pandémie a été marquée non seulement par l’injustice systématisée, telle qu’en témoigne la répartition inégale des richesses de la planète, mais aussi par les « guerres et les expérimentations d’armes de destruction massive ». Ce second aspect de la problématique nous intéresse en raison de son lien remarquable avec le thème abordé. Le souverain pontife souligne à ce sujet un constat inquiétant : « l’augmentation chaque année de dépenses militaires mondiales ». Comment la justifie-t-on ? Bien sûr par l’idée de dissuasion et la logique du marché libéral. Tandis que la première insiste sur l’équilibre des armements, la seconde avance l’argument selon lequel « les armements peuvent être considérés sur un pied d’égalité avec tous les autres produits manufacturés et donc, à ce titre, librement commercialisés dans le monde entier ».

2. Vue sous cet aspect, la réalité parait sombre. Le principe de confiance mutuelle proposé par le Pape Jean XXIII est susceptible de l’éclairer, c’est-à-dire de l’ouvrir à des nouvelles possibilités de paix et donc à l’espérance. Il s’agit d’une espérance responsable à même de guérir « les limites et les lacunes de nos sociétés », rendues manifeste par la pandémie. Le Saint Père lui assigne la double fonction de « génératrice d’énergie, qui stimule l’intelligence et donne à la volonté tout son dynamisme » et du courage de l’action « fondée dans la conscience que la réalité peut être changée ». Le changement est ce qui caractérise essentiellement la réalité. Il en sort la notion de l’événement, de la surprise qui est de l’ordre de l’advenir. Ce dernier s’inscrit dans un processus, un cheminement qui exige la patience dans l’épreuve du temps et l’effort permanent. C’est à ce chemin d’espérance responsable que nous renvoie la pandémie de covid 19. On le voit, le saint Père positive la crise. Sa vertu est de nous mettre en route à la rencontre de la nouveauté pour notre humanité en proie à des divisions de tout genre. Il s’agit d’une marche d’ensemble. Voilà pourquoi « il ne peut y avoir de coopération pacifique sans un engagement collectif en faveur du désarmement intégral », affirme le Pape. De tout ce qui précède, que pouvons-nous retenir. Deux interrogations suffiront à alimenter notre réflexion méditative. Quel regard portons-nous sur nos moments de crise ? Quelle place accordons-nous aux autres dans le processus de résolution de nos crises ?