Réflexions

L'air d'un fou

Pourquoi l'adoration ?

J'ai désiré d'un grand désir

Actions de grâces, grâces en actions

La liturgie des dimanches? Un appel à vivre!

L'Ascenion du Seigneur, un voyage dans l'espace?

Saint Charles de Foucauld et Bienheureuse Pauline Jaricot ...

Fêter 50 ans de ministère presbytéral, comme prêtre?

Dimanche des Rameaux : Grand portique de nos coeurs

Acte de consécration de la Russie et de l'Ukraine au Coeur Immaculé de Marie

Le Carême : un temps de conversion pour chacun de nous

Le Carême: Itinéraire d'incarnation de l'Espérance

Lumière de Lourdes pour nos frères et soeurs malades

l'écologie intégrale...?

L'Esprit Saint et la mission dans l'Eglise

Compte-rendu du Conseil Pastoral du 2 décembre 2021

Voici venu le temps de l'Avent

La vertu de la crise

Mieux Marcher Ensemble

l'église synodale : chemin d'ouverture et d'accueil

Eglise Synodale : Chemin d'Intériorité

Au-delà du Pass...?

Une nouvelle année... Pourquoi?

Père au coeur courageux

Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique

Liturgie & Virus

Sais-tu quel est le prix de la vie?

"Malheureux le monde à cause des scandales!"

Triduum Pascal: Souvenir ou Actualité

"Un temps pour changer..." du Pape François

Des quarantaines au Carême

Journée de la vie consacrée

une journée pour la Parole de Dieu

Un homme nommé Jésus

Saint Joseph, Père dans l'accueil

Tous Frères ...?

Morceaux choisis de l'Encyclique Fratelli Tutti du Pape François

Carlo ACUTIS, apôtre de l'Eucharistie

Se Former ? Pour tout chrétien c'est un devoir !

Nouveaux Rythmes

En avant à la suite du Christ!

Bonne fête à toutes les Mamans!

Alors que s'approche à pas (trop?) lents la fin du confinement liturgique

Message de Monseigneur Aumonier sur le temps pascal et la crise actuelle

"L'expérience d'église domestique" pendant le confinement

Méditation d'un chemin de croix - Examen de conscience

Vivre la semaine sainte à la maison

Qui dit qu'il n'y aura pas de Semaine Sainte ???

Message paroissial du 27 mars

Retrouvons le goût de l'ennui

Dimanche, voici comment faire de votre maison une église !

Lettre du père Jean-Brice du 16 mars

"Chrétiens au cœur de la Cité"

Confiance, Il t'appelle

Les Saints Patrons de l'Europe

Consacrer sa maladie

"Cléricalisme, place des femmes, accompagnement des victimes..."

"Le Seigneur lui-même vous donner un signe..."

Qu'attendons-nous ?

La souffrance au travail

Accepter de vivre ensemble sans lisser les différences

Baptisés et envoyés - Le mois des missions

Pourquoi vouloir concevoir un enfant sans père ?

Accueillir, signe de l'évangile en actes !

Dimanche des Rameaux : Grand portique de nos cœurs

Par le Père Pacôme Likobé

 

1. Nous tendons lentement et sûrement vers la fin de notre itinéraire de carême. Une marche qui débouche sur la semaine sainte où « le Seigneur Jésus s’achemine vers le sommet de sa vie terrestre ». Et le dimanche des rameaux inaugure ce moment de l’accomplissement des Écritures. Il est une porte d’entrée qui conduit vers le triomphe de la vie par la médiation de la mort. La jouissance actuelle de ce mystère de rédemption implique une attitude requise. Laquelle ? La foule enthousiasmée nous en donne l’indication. Tandis que certains jetèrent leurs manteaux sur le petit âne, d’autres les étendaient sur le chemin devant Jésus qui avance. Et puis, ils se mirent à louer Dieu en disant : « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur ». En fait, ils clamaient les paroles du Psaume 118, 26. Jésus assume ainsi les attentes séculaires de tout un peuple. Ce qui nous intéresse, dans une petite réflexion méditative, c’est le geste qu’ils posèrent : étendre les manteaux sur le chemin de Jésus afin qu’il entre de manière triomphante à Jérusalem.

2. « Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés (...) » Lc 13, 34. Ici, Jérusalem est le symbole de la mort. Le mal y est opérationnel. La Jérusalem d’aujourd’hui ce sont nos cœurs. Le péché y est en œuvre. Et « voici, je me tiens à la porte et je frappe ; si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui pour souper, moi près de lui et lui près de moi » Ap. 3, 20. En ce dimanche des rameaux, le Seigneur viendra également frapper à la porte de nos cœurs pour y entrer. Ouvrons-la-lui avec la joie aux lèvres. De plus, plutôt que d’étendre « les tuniques ou les rameaux inanimés et les branches vertes qui réjouissent le regard seulement pour un instant et sont destinés à perdre, avec la sève, leur verdure, étendons-nous nous-mêmes dans une attitude d’humilité, d’adoration, ... prosternons-nous à ses pieds comme des tuniques étendues...pour pouvoir offrir au vainqueur de la mort non plus de simples rameaux de palmes (...) » mais nos vies fragiles, affaiblies par la maladie, la peur, l’incertitude, l’angoisse de l’avenir, l’égoïsme, la haine, la jalousie, la guerre,.... pour qu’il les réhabilite par la puissance de son pardon.

 

« Belle montée vers Pâques ! »