Bonne fête à toutes les mamans !

Par le Père Alexandre DESCAMPS

 

Ce dimanche, c’est la fête des mères. Ce sera peut-être l’occasion, après ces semaines de confinement, de se retrouver en famille pour rendre grâce pour nos mamans. Certainement, nous aurons acheté des fleurs et les plus jeunes auront préparé un petit cadeau à offrir à leur maman.

En ce jour, je vous propose de redécouvrir une très belle figure de mère, la Vierge Marie. Que nous ayons encore ou non notre maman auprès de nous sur la Terre, nous avons tous une maman dans le Ciel, et qui veille chaque jour sur nous. Lundi dernier, nous avons célébré la fête de Marie, mère de l’Eglise. C’est le pape François qui a souhaité que nous célébrions la Vierge Marie le lundi après la Pentecôte, jour de l’effusion de l’Esprit qui marque la naissance de l’Eglise par l’annonce de la résurrection. Sur la Croix, Jésus a confié sa mère à l’apôtre saint Jean. Ce jour-là, elle est alors devenue la mère de tous les croyants. Durant toute la vie de Jésus, elle a veillé sur lui. Alors soyons sûrs qu’elle ne manque pas de nous entourer de son amour maternel.

Le jour de notre baptême, nous avons été engendrés par l’Eglise à la vie éternelle. N’oublions donc pas que l’Eglise est aussi notre mère. Le Psaume 87 nous dit : « on appelle Sion : “Ma mère !” car en elle, tout homme est né » (Ps 87, 5). Elle veille donc sur nous comme une mère en vue de nous conduire vers Dieu, au bonheur éternel. Et comme une mère, elle nous avertit, elle nous reprend, même si cela ne nous fait pas toujours plaisir. Mais elle ne nous abandonne jamais, nous offrant toujours la miséricorde de Dieu par ses sacrements.

Enfin, ne croyons pas que Dieu n’a pas aussi pour nous des entrailles de mère : « Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas » (Is 49, 15). Comme une mère, il prend soin de chacun : « Je le guidais avec humanité, par des liens d’amour ; je le traitais comme un nourrisson qu’on soulève tout contre sa joue ; je me penchais vers lui pour le faire manger » (Os 11, 4).

Bonne fête à toutes les mamans !