Qu'attendons-nous? 

Par le Père Alexandre DESCAMPS

 

Voici une nouvelle année liturgique qui commence, et qui nous fait entrer dans le temps de l’Avent. Sa couleur traditionnelle, le violet, nous rappelle que nous sommes dans un temps d’attente. Mais posons-nous la question : « qu’attendons-nous exactement ? » Nous pourrions demander cela à un enfant, qui répondrait facilement : « c’est la naissance de Jésus ». Et pourtant, cela fait déjà deux mille ans que Jésus est né, et presqu’autant de temps qu’il est mort et ressuscité. Comment cela se fait-il alors que nous attendions encore la naissance de Jésus ? Serions-nous en retard ? Voilà une question très intéressante que nous pourrions nous poser en ce début d’Avent.

L’Evangile du premier dimanche de l’Avent nous invite à nous tenir prêt pour le retour du Fils de l’homme, c’est-à-dire du Christ dans la gloire. En effet, le Seigneur Jésus nous a promis de revenir un jour pour faire entrer toute l’humanité dans la vie éternelle. Mais, nous savons qu’il peut aussi venir nous chercher personnellement à l’improviste durant notre pèlerinage sur cette terre. Nous ne connaissons pas le jour de sa venue, d’où l’importance de garder notre cœur éveillé pour ne pas rater ce moment.

Et voici que la liturgie nous offre quatre semaines pour nous préparer à la venue du Seigneur sur notre Terre, et donc pour nous préparer à l’accueillir dans notre vie. Mais pourquoi l’accueillir comme un petit enfant et non comme le Roi des rois, dans toute sa gloire ? Nous pouvons trouver une réponse en nous souvenant de l’Evangile entendu lors de la solennité du Christ Roi de l’Univers. Nous avons découvert que la puissance de notre Roi s’exerce du sommet de la Croix, dans le plus grand dépouillement, lorsqu’il offre le paradis au malfaiteur repenti. Et n’y a-t-il rien de plus fragile qu’un enfant nouveau-né ? En nous préparant à accueillir cet enfant dans la crèche, c’est vraiment notre Seigneur, ce Roi recherché par les mages, que nous attendons.

Mais c’est aussi chaque dimanche que nous cherchons à accueillir tout spécialement le Christ, qui se manifeste tout petit dans une humble hostie. Nous pouvons donc profiter de ce temps d’Avent pour faire grandir notre désir de rencontrer le Seigneur, afin que chaque dimanche de cette année liturgique soit une occasion de nous préparer au jour de sa venue, jour où nous entrerons dans la vie éternelle.