« Baptisés et envoyés » – Mois missionnaire extraordinaire

Par le Père Alexandre DESCAMPS – 11 octobre 2019

 

Le pape François nous invite à vivre un mois missionnaire extraordinaire pour fêter le centième anniversaire de la promulgation de la lettre apostolique Maximum Illud du pape Benoît XV. Ce mois extraordinaire est l’occasion pour chacun d’entre nous de redécouvrir sa vocation missionnaire. C’est le Seigneur Jésus lui-même qui nous y appelle depuis le jour de son Ascension : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit… » (Mt 28, 19). La mission fait donc partie intégrante de notre vie chrétienne, de la vie de toute l’Eglise. C’est pourquoi le Concile Vatican II a rappelé dans le décret Ad Gentes que l’Eglise, durant son pèlerinage terrestre est missionnaire par nature (n°2)

Mais savons-nous exactement ce qu’est « être missionnaire » ? Nous avons peut-être en tête les nombreux missionnaires qui partent à l’autre bout du monde pour évangéliser des peuples qui ne connaissent pas encore le Seigneur Jésus, comme le père William Conquer qui vient d’être envoyé en mission au Cambodge pour toute sa vie. Mais la mission ne se limite pas à cela, car nous sommes tous concernés. C’est pourquoi le pape François nous appelle à être une « Église en sortie ». Ecoutons ce qu’il nous dit : « nous sommes tous invités à accepter cet appel : sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile » (La joie de l’Evangile, n°20). Vivre la mission, c’est donc avant tout sortir de soi-même pour s’ouvrir à l’autre. Rejoindre les périphéries de son existence, cela ne demande pas nécessairement de parcourir de grandes distances mais d’ouvrir son regard vers ceux qui vivent près de moi, d’ouvrir son cœur pour faire de l’Église un lieu accueillant où il fait bon vivre.

Profitons de ce mois d’octobre pour renouveler notre élan missionnaire. Le Seigneur nous appelle : « Qui enverrai-je ? Qui sera notre messager ? ». A la suite du prophète Isaïe, oserons-nous répondre « Me voici : envoie-moi ! » (Is 6, 8).

 

N’ayons pas peur de transmettre notre joie d’être chrétien !