ABRAHAM, PÈRE COMBLÉ

 

La vocation d’Abraham occupe une grande partie des lectures des semaines impaires. Cette  vocation le conduit au bonheur, celui d’être père. Il ne s’agit  pas d’une paternité singulière, mais d’une paternité universelle : père de multitudes. Pour cela, il lui a fallu traverser bien des épreuves. Mais le patriarche n’a pris aucune voie de sortie autre que celle de la soumission à la volonté de Dieu.

Au départ Dieu lui demande de quitter son pays, il obéit sans savoir où il allait. Dans les difficultés d’une  vie nomade, il pouvait bien compter sur son neveu Lot pour  se constituer en une caravane importante. Mais ils sont fragilisés par les querelles et la séparation. Il doit compter sur lui-même; mais il ne déserte pas car il espère en la parole de Dieu qui lui promet une descendance. Ainsi embarrassé  par la stérilité de Sara sa femme, il va vers sa servante Agar avec laquelle il aura un fils, Ismaël. Mais sa naissance  ne fait qu’alourdir les querelles entre Sarah et Agar luttant pour la prééminence. Abraham va être contraint de chasser et Agar et son fils à lui. Ismaël n’est pas l’enfant des promesses. Sara, elle aussi, lui donnera un fils Isaac, l’enfant des promesses. Comment se réaliseront-elles alors qu’Isaac va être offert en sacrifice ? Dieu saura tout pourvoir. Car devant les yeux de Yahvé Abraham est béni lui qui n’a pas épargné même son fils, son fils unique en sacrifice. Voilà d’où vient la bénédiction par Dieu, une bénédiction elle aussi universelle :

Le peuple d’Israël est l’héritier de la promesse faite à Abraham, comme dans le Christ toutes les nations partagent la dignité de fils d’Abraham. Ils sont les  membres du peuple élu et héritier des biens des promesses célestes. Par Abraham, nous voici conviés en multitude, afin d’éprouver et de faire croître notre force spirituelle, et peut-être aussi, nous laisser détacher de notre bien le plus précieux, pour offrir en sacrifice le meilleur de ce dont Dieu nous a déjà comblé.

                                                                               P. Jean-Damascène BIZIMANA