LE SERVITEUR SOUFFRANT (Is 52,13-15 ;53 ,1-12)

Le prophète Isaïe  montre le visage du Serviteur souffrant, certain de sa victoire au sein même de son supplice : il a été transpercé à cause  de nos fautes ; il a été broyé  à cause de  nos péchés,  il ne s’est pas révolté, il ne s’est pas dérobé, il n’a pas caché sa face devant les outrages et les crachats. Il n’avait ni beauté, ni éclat, ni apparence d’homme. On s’est partagé ses habits par le tirage au sort. Le juste Serviteur de Dieu est resté fidèle dans les épreuves, même dans la mort. Ce Serviteur souffrant a fait confiance en Dieu  par sa constance, sa persévérance, sa fermeté  d’âme et sa non-violence.

Le prophète Isaïe ouvre la méditation contemplative des textes évangéliques de  la passion du Christ. C’est lui le Serviteur souffrant, fidèle à son Père malgré la souffrance jusqu’à donner sa vie. Il a offert  sa vie en expiation. Au delà de son aspect défiguré dans sa passion, il sauve le genre humain de ses péchés antérieurs et postérieurs.

Saint Pierre nous le confirme dans sa  première  lettre «Lui qui, injurié, ne rendait point d'injures, maltraité, ne proférait  point de menaces, mais s'en remettait à celui qui juge justement. Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice. Par ses blessures nous avons été guéris» (1Pi3, 22-24). Il devait mourir, afin d’attirer à lui une multitude de frères libérés de la servitude du péché. Ainsi, il accomplit la mission du Père Lui obéissant jusqu’à la mort sur la croix.

C’est en cela que consiste le mystère du Christ : une humiliation pleine de confiance inaltérable, une exaltation de l’amour plus fort que la mort. Le Christ  a accepté le sort des personnes accusées à tort, condamnées, persécutées, torturées, mises à mort. Il a manifesté une docilité du fils au Père, une parfaite adhésion à la  volonté du Père. C’est ainsi une manifestation de la solidarité fraternelle avec les hommes, son courage réconforte dans la détresse. 

 

                                                                       Père Jean-Damascène BIZIMANA